Le serveur musical
Publié le 16 mai 2014

Depuis 2006, le terme serveur musical est de plus en plus répandu dans les conversations d’audiophiles. Année après année, les serveurs musicaux gagnent du terrain en remplaçant graduellement les lecteurs CD comme source primaire dans les chaines des audiophiles. Ce phénomène se confirme facilement en visitant les installations dans les différents salons audio-vidéo tenus dans les grandes villes. Il existe 3 types de serveurs musicaux soit le serveur musical intégré autonome, le serveur musical de type « Music Streamer » et enfin le type « Do It Yourself » qui est assemblé avec des composantes sélectionnées.  

Le serveur musical intégré autonome est une solution complète offerte par un manufacturier et se retrouve majoritairement dans un seul boîtier. Le serveur musical autonome comprend un contrôleur, un convertisseur analogique – numérique (DAC), une unité de stockage (ou plus), un lecteur CD, une prise réseau, des entrées – sorties numériques et analogiques, des prises USB, un logiciel de gestion et de navigation. Ce serveur musical peut gérer plusieurs sources musicales, numériser le contenu et l’emmagasiner sur une l’unité de stockage interne. L’avantage de cette solution est que les composantes de ce serveur sont totalement compatibles entre elles et demande un niveau de connaissance minime de la part de son utilisateur. Cette solution est normalement dispendieuse à l’achat et les mises à jour des composantes internes pour la croissance du système sont tributaires de pièces propriétaires qui sont normalement vendues à prix élevé.    

Le serveur musical de type « Music Streamer » est la solution la plus répandue sur le marché et offre de grandes possibilités grâce à sa modularité. Le serveur « Music Streamer » possède obligatoirement un convertisseur analogique – numérique (DAC), une prise réseau, des entrées – sorties numériques, un logiciel de gestion et de navigation. Il est à noter que ce type de serveur n’a pas d’unité de stockage et utilise celle d’un ordinateur ou l’unité de stockage réseau (NAS) sur laquelle réside la librairie musicale. La majorité des manufacturiers offrent leurs serveurs « Music Streamer » sans lecteur CD. Tous les serveurs de cette catégorie offrent la radio par Internet. La gestion et le contrôle de la librairie musicale s’effectuent à l’aide d’une application gratuite à télécharger sur ordinateur (PC ou MAC) ainsi que sur téléphones intelligents et tablettes. Un logiciel de numérisation audio est aussi nécessaire pour numériser votre librairie musicale.

Finalement, la solution « Do It Yourself » est réservée aux personnes qui aiment la musique et qui ont une plus grande connaissance en informatique. Cette solution offrant un éventail élargi de possibilités peut être très économique ou très couteuse selon la sélection de composantes utilisées pour atteindre le « nirvana » sonore. Tout est possible avec cette solution, mais il faut s’assurer que toutes les composantes utilisées soient compatibles entre elles au risque d’avoir de sérieux problèmes de mise en marche et de stabilité du système. Le serveur musical de ce type doit contenir un ordinateur (PC ou MAC), un convertisseur analogique – numérique (DAC), une unité de stockage (interne ou de type réseau NAS), un lecteur CD, une prise réseau, des entrées – sorties numériques et analogiques, des prises USB, un logiciel de gestion et de navigation.  Un logiciel de numérisation audio ainsi qu’un logiciel de lecture et gestion de listes audio seront essentiels au fonctionnement de ce serveur musical.